Visite du 1er adjoint du maire de Boni à la bibliothèque villageoise #Burkina

Visite du 1er adjoint du maire de BoniLe mercredi 13 février 2019, Vandonou Moumini 1er adjoint du maire de Boni, a effectué une visite à la bibliothèque villageoise de Boni. Avec la réouverture le 2 février par le lancement du programme de lecture d’où il était présent, monsieur Vandonou est venu pour s’imprégner de la nécessité de cette réouverture. Très émerveillé au vu des statistiques et l’engouement qui prévalait à la bibliothèque, il a encouragé les lecteurs et prit note pour rendre compte au maire. Pour lui, trouver un gérant pour la bibliothèque doit être une priorité de la commune.

Visite de Dr Liza Debevec au bureau de FAVL #Burkina

LizaDr Liza Debevec a effectué une visite au bureau de FAVL le mercredi 20 février 2019. Cette visite de courtoisie avait pour but de s’imprégner des activités des Amis des bibliothèques de villages africains. Durant une quarantaine de minutes, nous avons passé en revue les activités menées par FAVL dans sa mission de promotion de la lecture au Burkina Faso. Nous avons notamment échangé sur l’implantation des bibliothèques communautaires. Pour cela, nous avons surtout évoqué l’implication des communes dans la gestion quotidienne et la pérennisation des bibliothèques. Nous avons aussi évoqué le projet de la réalisation des livres (livres photos et ceux du centre multimédia de Houndé) tous destinés aux enfants ; et enfin nous avons échangé sur les camps de lecture. En tant qu’une passionnée de la lecture depuis son école primaire, elle a aimé nos actions au profit des populations. Elle nous a aussi fait part de son appréciation très positive pour les camps de lecture. Avant de partir, elle s’est portée volontaire pour apporter son aide à nos actions selon sa disponibilité. Le représentant de FAVL s’est réjoui de la visite et invite tous ceux qui sont intéressés pour les bibliothèques de passer dans le bureau de l’association pour de plus amples informations.

Appréciation de la BMP d’une enseignante à Kaya #Burkina

IMG_5413Je me nomme Mme Dianda Aminata née Ouedraogo. Je suis enseignante à l’école Wemtenga C tenant la classe de CM2. Je félicite beaucoup la bibliothèque mobile qui mène un combat remarquable dans l’éducation des enfants. Bon courage à vous.

Visite de Bondé Yacouba à la bibliothèque de Boni #Burkina

Bondé Yacouba est l’ex-président du comité de gestion de la bibliothèque de Boni. Après avoir beaucoup s’investi pendant plusieurs années dans la gestion de la dite bibliothèque, il s’est ensuite retiré pour permettre à la commune prendre la gestion. Ce mercredi 13 février 2019, il est venu à la bibliothèque pour manifester sa joie de cette réouverture. Amoureux du développement de sa commune, il souhaite que la commune prenne des initiatives et que la bibliothèque de Boni retrouve ses marques afin de mieux profiter aux enfants.

Un jeune de Kaya apprécie la bibliothèque mobile #Burkina

IMG_5524Je me nomme Sawadogo Inoussa élève au Lycée Privé Kolgkoom de Kaya (LPKK). Je suis en classe de Terminale D. Je rentrais à la maison quand je vis ce joli véhicule garé devant  l’auberge Niwaogo dit la Bienvenue. Je fus très impressionné et le contemplai avec admiration. Alors on m’invita à le visiter. J’y découvris des livres extraordinaires de genres destinés aux enfants. J‘ai plus aimé les livres photos ; ils étaient si magnifiques et faciles à comprendre par les petits enfants. J’invite tous les enfants à découvrir ce trésor.

Rencontre avec le chef coutumier de Béréba #Burkina

Echange avec LaciniLe mardi 12 février 2019, l’animateur des bibliothèques de FAVL Boué Alidou a rendu visite au chef coutumier de Béréba monsieur Koura Lacini. Cette visite de courtoisie entre dans le cadre de la recherche de solution à l’ouverture des bibliothèques de Béréba et Dimikuy. L’animateur a fait la situation que travers ces deux bibliothèques. Après avoir planté la situation présente, le chef Koura Lacini dit avoir pris note. Il compte poser le problème lors d’une assemblée qui se tiendra bientôt à Béréba pour trouver une solution à la situation. C’est avec réconfort que j’ai pris congé de lui.

Bibliothèque mobile à Kaya #Burkina

Le 11 février 2019, la BMP a été l’école du secteur 4. Lors de cette sortie plusieurs activités ont été effectuées. Parmi ces activités ont peut citer la lecture à haute voix. Après une trentaine de minute prises pour la lecture nous avons organisé une séance de fabrication de carton en papier. Les enfants ont participé avec grande concentration à cette activité car tous ils voulaient connaître cette création. Il faut souligner que cette sortie a connu un grand succès parce que nous avons eu la participation active de Mr Ouedraogo enseignant stagiaire de l’établissement. Celui-ci a beaucoup apprécié l’initiative.

Bibliothèque mobile à Kaya #Burkina

Le 8 février 2019, la BMP a visité les élèves de l’école Communale C au sein de l’établissement. Très bien accueillie comme d’habitude, nous sommes passés avec célérité aux activités du jour. D’abord, nous avons fait une lecture libre et guidée pour les enfants qui trouvaient des difficultés à lire. Ensuite, nous avons organisé ensemble une séance de dessin au choix. Les enfants ont beaucoup aimé ce moment couronné des éclats de rire. Enfin, nous clore la séance avec le jeu de lettre, aussi bien adoré par les enfants. On peut dire que la sortie dans son ensemble a été magnifique. Le seul constat, d’ailleurs habituel est que enfants présentent toujours mines tristes à l’heure du retour de la BMP. Les questions posées en ce moment d’au revoir de chaque sortie sont : Tonton, vous revenez quand? Tonton, vous venez demain ? Ce temps est si émouvant de par cette appellation affectueuse. Que c’est intéressant d’être avec les enfants!

Thank you African Studies Association!

IMG-1742At the last annual meetings of the African Studies Association, FAVL was awarded the Gretchen Walsh book donation award, with a check of $1,000 to support shipping books to Burkina Faso and Ghana. We mostly buy local books for the libraries that we support, but there are many excellent books available at modest cost (and sometimes free) here in the U.S. that it is worth shipping.  Just a few weeks ago, for a example, a young reader in Burkina Faso wanted volumes 2,3,4 (how many are there) f the Harry Potter series in French. She had read volume one and was dying to read the other volumes! So we shipped them over.

We are looking forward in the coming months to shipping over to Ghana some of the books of FAVL-supporter Glennette Turner, who wrote numerous children’s books on African-American history.

 

 

Summary of Children of the Street by Kwei Quartey

Paul Ayutoliya writes:

IMG_20190215_133844 smDetective Inspector Dawson affectionately referred to as ‘Dark’ by his lovely wife Christine sets out to unravel the mysteries surrounding the killings or murders of young teenagers in the city of Accra. Dawson was called to a scene where a dead body almost at decomposition state was discovered at the Korle Lagoon near Agbogbloshie market in the capital city of Ghana Accra. Agbogbloshie’s market was a hub for all sorts of crimes. He met some of his colleagues from the Ghana police service trying to bring the dead body out from the filthy stinking lagoon that was covered with waste of all kinds. It was difficult identifying the body right at the spot. Dawson working with the mortuary men and some friends from the media to establish that the victim died from a stabbing at the back and the victim was also identified as Musa Zakari after a girl friend (Akosua) came sobbing uncontrollable with her friend Regina with and also the DNA test confirmation. Detective Inspector Dawson asked the girls who they saw last with Musa Zakari before he went missing. The girlfriend responded by saying Musa was last seen with one Daramani who helped Musa carry some load to Maamobi, the mentioning of Daramani from Nima Maamobi sent some shock waves down the entire system of Dawson. Dawson had one ex-convict who was convicted over drugs (weed) issues as a friend, there’s a lot Dawson and Daramani share with each other in secret. Dawson fear was because he had an uncontrolled appetite for weed (he secretly smokes) which Daramani know of, he feared this secret could be revealed if something is not done quickly, Dawson tried reaching Daramani without success. In no time some rumour of conflict of interest comments were heard from some of Dawson colleagues at the service because he visited Daramani place without Seageant Chikata who obviously should have been part of that visit.

Sergeant Chikata who was lower in rank to Dawson in his quest to get to the top at all cost without wanting to pass through the right procedure saw him taking over the investigation with the support of his relative Superintendent Theoplilus Lartey. His investigation style was very shallow and lacks professionalism. All the praises shower on him (Chikata) from some colleagues, the newspapers and others turned otherwise when the DNA test on the knife he pick from Daramani room with blood stains turned out to be that of animals blood and not human. Chikata was confounded, sad, sorrowful and guilty of being disrespectful to his superior Dawson, he thought he knew better but no. Dawson continued with the investigations to find out who murdered Musa Zakari, before he could even get any meaningful information another dead body was reported at a constructions site. This dead body neck was broken with the head facing up and stomach facing down, there was a Street Children of Accra Refuge (SCOAR) card found on him bearing the name Ebenezer Sarpong. Dawson and his colleagues’ police force were becoming more worry of the number of murder cases being recorded. Detective Inspector Dawson was determined to unravel the mysteries of these unusual deaths.

Hosiah, Dawson’s son, had a hole in the heart condition and was a nightmare to Dawson, anytime Dawson thinks of his son and his condition that need urgent surgery which they were not able to afford the fees, Dawson always appear to be a restless man. But upon all these troubles, Dawson had not forgotten about Sly, the small boy that reported the death of Musa Zakari. Dawson had wanted to put Sly in a primary school but Gamel had absconded with Sly and nobody know their where about. Dawson continued the search as more crimes continued on the rise; one prostitute by name Comfort was raped, killed and dump at a refuse trash near the railway line, Dawson became more worried and wondered if the killings were for ritual purposes or a serial killer was on the loose or… what he could not tell. Dawson and Sergeant Chikata made a headway in their investigation as some of the prime suspects were arrested. Tedamm one of the notorious boy known for his cruelty was arrested with Flash a counterpart in connections with the murders, fighting and other bad related matters. Antwi and Ofuso were also questioned about what they know concerning Tedamm and Comforts death.

What a great novel it is, I am left with the third part which is the concluding part, I will let you know how this novel ends and my thoughts.

Visite de la bibliotheque mobile Penelope à Kaya au #Burkina

Le 5 février 2019, la BMP a été à l’école Centre B. Arrivé vers 13h au sein dudit établissement, les enfants ont commencé à choisir chacun son livre pour lire. Après une trentaine de minutes consacrées à la lecture, nous avons organisé le 1, 2, 3 lecture sur le livre de Fatou Keita intitulé La voleuse de sourires. Cette lecture était enchantée par les enfants, car non seulement l’histoire était fantastique mais aussi divertissante. En plus de ces activités, on a joué également à la marelle. Par ailleurs, on a organisé la traduction des phrases de la langue officielle(le français) en langues maternelles (moré, haoussa, dioula, fulfuldé…). Le puzzle était aussi au rendez-vous.

Le Naaba Koanga reçoit son livre photos à Rouko au #Burkina

Dans le cadre de la réalisation des livres photos par FAVL pour encourager les enfants à fréquenter les bibliothèques et à cultiver en eux le goût de la lecture, nous avons eu le plaisir de rencontrer le Naaba Koanga de Rouko dans la province.  Avec son accorde, il nous a fourni ses anciennes photos pour en faire un livre intitulé : Le Naaba Koanga : Chef de Rouko. En ce début du mois de février 2019, nous lui avons apporté deux copies chez lui dans son palais. Il s’est dit honoré et satisfait pour cette belle initiative d’immortaliser les évènements qui ont marqué sa vie. Sans tarder, il a fait appel à ses petits-fils pour leur présenter et faire une lecture.

Communication avec les bibliothécaires Kiembara, Pobé-Mengao, Korsimoro, Dablo et Barsalogho #Burkina #lwili

  • Kiembara le calme est revenu avec moins de peur. Les élèves des lycées et primaire ont repris les cours. le bibliothécaire ouvre sa bibliothèque selon les heures d’ouverture normales. Il reçoit des lecteurs et visiteurs. En moyenne il reçoit entre 20 à 30 lecteurs par jour avec 3 à 5 soties de livres. La convention envoyée par FAVL a fait plus d’un mois à Ouahigouya avant d’être récupérée. Pour le moment pas de suite. Aussi, il dit avoir reçu 100 000 F CFA au mois de janvier 2019 de la mairie. Madame le maire a rendu visite à la bibliothèque le 2 février. Lors de sa visite, elle a encouragé les jeunes lecteurs à fréquenter et lire. avant de partir, elle a remis un balafon comme jeu de distraction pour les enfants.
  • Pobé-Mengao le calme est revenu au village chacun dort chez lui avec moins de peur mais pour l’instant, c’est la mairie et la préfecture qui fonctionnent. Il faut souligner que la bibliothèque est toujours fermée et le bibliothécaire souffle d’une toux de plus deux semaine.
  • Korsimoro le bibliothécaire vague à ses préoccupations. Il ouvre la bibliothèque, reçoit des visiteurs avec un prêt de 3 à 5 livres par jour. Pour des raisons de prudence, il ne fait d’activités d’animation. Il reçoit ses frais de motivation malgré que son contrat n’ait pas été renouvelé.
  • Barsalogho ce sont les enfants qui fréquentent beaucoup la bibliothèque parce qu’ils juste à côté de la bibliothèque. Au moins de janvier 2019, il a enregistré 700 fréquentations et plus 20 sorties de livres. Aussi, l’animateur CRS est passé visiter la bibliothèque et a fait un don de livres d’auteurs africain. Il n’a pas reçu ses frais de motivation de janvier 2019. Il attend de voir d’ici fin février.
  • Dablo la bibliothèque ouvre ses portes comme d’habitude. La situation sécuritaire a eu un petit effet mais n’a pas empêché l’ouverture de la bibliothèque. Il ressort en moyenne 10 visiteurs et 5 à 8 sorties par jour. Coté frais de motivation, il n’a pas de problème. Ils sont juste prudents car le problème d’insécurité peut être à tout moment sérieux.

Les filles aiment-elles la lecture? #Burkina #lwili

filles aiment smNotre expérience lors de nos missions de supervision et d’accompagnement des bibliothèques que nous soutenons démontre que les filles aiment lire! Notre constat en date du 6 février 2019 à la bibliothèque communale de Konkoussi en témoigne. Nous avons rencontré Samiratou, Djèmila et Adidjatou toutes élèves en classe de CM1 venues échanger leurs livres. Interrogées sur la question à savoir pourquoi certaines personnes ont l’habitude de dire que les filles n’aiment pas lire, voici leur réaction :

«Nous aimons bien lire. Peut-on manger quelque chose que l’on ne possède pas ? Nous voici présentes ici pour échanger nos livres simplement parce que nous avons une bibliothèque avec des livres. Dites à ces personnes de mettre des livres à la disposition de nos camarades, nous sommes convaincus qu’elles les liront. Lire c’est ouvrir l’esprit, voyager et partager les pensées et les idées d’autres personnes».

Alors, mettons les livres à leur disposition et encourageons les filles ; nous verrons qu’elles les liront. Accompagner et encourager les filles à lire c’est établir une base solide pour le développement intellectuel d’une société.