Résumé de livre « La dynastie maudite »

Sanou Dounko écrit:

La-Dynastie-MauditeLa dynastie maudite est un roman du Burkinabé Yamba Elie Ouédraogo. L’auteur nous raconte les contours du pouvoir traditionnel ou moderne. Koutou, l’acteur principal du roman est un prince qui, pour des raisons de manque de sérieux n’a pas pu hériter le trône de son père. Pour se faire, en complicité avec des frères, il tua son propre cousin voulu par les sages du village pour être roi. Il créa son propre royaume nommé Mankélé-kélé à travers des guerres de conquêtes.  Devenu grand roi avec pour surnom de reine Koutyooré, il voulut effacer le royaume de son père. Malheureusement il ne pourra pas le faire car le destin ne lui donnera pas cette chance. Il fut captivé et emprisonné. Il devint un monument touristique aux yeux des jeunes enfants et étranger qui visitent e royaume. Un roman plein d’émotions et de proverbes qui enrichissant l’esprit. Je retiens principalement du roman la phrase : « Si j’avais su, murmura-t-elle, je ne serais pas née. Qu’ai-je fait pour qu’on m’inflige une si lourde corvée qui s’appelle vie ».

Mission de supervision à la bibliothèque de Sebba au Burkina

Le chargé du programme de FAVL Boué Alidou a effectué du 17 au 20 Septembre 2018, une mission de supervision et d’animation à la bibliothèque communautaire de Sebba. Pendant son séjour, il a eu des échanges fructueux avec le maire et le secrétaire général de la commune sur la gestion de la bibliothèque notamment la prise en charge de la motivation du bibliothécaire. Il a également poursuivit son séjour par des activités d’animations menées à la bibliothèque avec les enfants (les séances de lecture guidée, lecture de contes, les dessins, la sensibilisation sur l’hygiène et les jeux etc…). Ce fut une occasion pour lui non seulement d’encadrer le bibliothécaire à poussé les enfants à la lecture, mais aussi d’avoir une idée sur la suite de la gestion de la bibliothèque de Sebba.

2e édition du programme de lecture «Leaders are readers» au #Burkina!

Les 29 et 30 octobre 2018, la bibliothèque de l’ambassade des États-Unis au Burkina en partenariat avec FAVL, ont procédé au lancement de la 2e édition du programme de lecture dénommé «Leaders are readers». Quatre bibliothèques (Korsimoro, Kaya, Sabcé et Rouko) ont été ciblées dans les bibliothèques du Centre-Nord pour abriter la première phase du programme. Les équipes ont été reçues dans les bibliothèques par les bibliothécaires, les élèves participants, des responsables des lycées et collègues et des représentants des mairies. Le programme et plusieurs messages sur l’importance de la lecture ont été expliqués et donnés aux élèves. Les participants ont eu une oreille attentive aux anecdotes sur la lecture qui a permis à des personnes de se développer et de devenir des leaders. Aussi, ce fut l’occasion de donner le bon exemple du meilleur lecteur à la bibliothèque de Boussouma qui a lu 121 livres lors de la 1ère édition. Pour accompagner les bibliothèques abritant le programme, la bibliothèque de l’ambassade des USA a remis un lot de 646 livres répartis comme suit : 159 livres à Korsimoro, 161 à Kaya, 171 à Sabcé et 155 à Rouko. Il faut noter que ce sont de nouveau livres de littératures différentes. Les représentants des maires et les responsables de l’éducatifs ont apprécié positivement l’initiative du programme et ont invité les élèves à lire car la lecture est la base de toute réussite scolaire. Rendez-vous a été donné le 25 janvier pour la clôture suivi de remise de prix.

This slideshow requires JavaScript.

 

AYA Afrika foundation Prof. Nene Kwasi Kafele visits the Sumbrungu Community Library

CESRUD library coordinator Paul Ayutoliya writes:

On 31st October 2018, the director of AYA Afrika foundation Prof. Nene Kwasi Kafele with three others paid a visit to the Sumbrungu Community Library. Their visit was to interact with those students/pupils they supported Cesrud with funds to organize a one month after school reading program early last year (2017), the impact of the reading program. They were impressed from their interactions with the pupils, the way the pupils answered questions and asked questions. The director Prof. Nene in a jovial way described one table as the “hot” table because there were always questions and answers coming from that particular table all the time and every moment. Prof. Nene asked the pupils what they would like to become inthe future? Some said doctors so that they can save lives, some teachers, some engineers, some pilots, Prof. encouraged them and admonished the pupils to erase the mentality of “this subject is difficult” and study hard and they would  make it. He further advised pupils to always seek information that will help them realize their dreams in future.  Madam Carolann Wright, director of Business &Labour Development, African Nova Scotia presented two books title; Africaville by Shauntay Grant and Basket of Black Nova Scotia by Joleen Gordon to the Sumbrungu Community library. I thanked them on behalf of Cesrud/FAVL and the pupils for their visit and donations of the books before their departure.

Participation de FAVL-BF à la rentrée littéraire de la SAGES au #Burkina

Ce vendredi 9 octobre 2018, a été marquée par l’ouverture de la 7eme édition de la rentrée littéraire de la Société des Auteurs des Gens de l’Ecrits des Savoirs (SAGES), sous le thème : Contribution de l’écrivain et de l’intellectuel à la lutte contre le radicalisme et l’extrémisme violent.  FAVL-BF, en tant partenaire de la SAGES a pris part en répondant à l’invitation. A l’issu de la cérémonie des exemplaire du bulletin d’information Echo des bibliothèques ont été distribués aux participants. Bravo au Ministre de la sécurité qui a acception d’être le parrain et vive l’écrivain.

Rencontre avec les membres de l’ADDB ressortissants de Béréba avec FAVL #Burkina

Sanou Dounko écrit:

Dans la soirée du dimanche 4 novembre 2018, j’ai participé à la rencontre des membres de l’association des ressortissants de la commune de Béréba. J’ai saisi cette opportunité leur présenter FAVL-BF et ses missions. Ensuite, je leur ai fait l’historique des bibliothèques de Béréba et Dimikuy. Je leurs aussi donné les informations à la résolution des difficultés que nous vivons avec le maire depuis plus de 3 ans. Ils ont d’abord apprécié l’initiative des bibliothèques au profit des populations ensuite les anecdotes de succès des utilisateurs. Pour eux, ces bibliothèques ont une grande importance pour le système éducatif des enfants et ne en aucun cas devraient être refermer. Ils ont posé des questions pour mieux comprendre les raisons pour lesquelles la commune ne s’intéresse pas à leur fonctionnement ou bien prévoir une ligne dans le budget communal. Je leur ai fait le point de nos échanges avec le maire et son staff. Ils m’ont promis d’approcher le maire et son staff pour le convaincre ensuite, voir quelle pourrait être lettre contribution pour la réouverture des deux bibliothèques. Aussi, ils souhaiteraient que la mairie fasse en sorte qu’il ait des bibliothèques dans la zone de Ouakuy, Popioho et Maro. Avant lever la séance, un rendez durant ce mois de novembre a été pris pour la première rencontre entre une équipe des membres et le maire.

Rencontre-ADDB sm

Learning to read, what is the right way to teach in early childhood?

From Emily Hanford at The New York Times:

How do we know that a big part of the problem is how children are being taught? Because reading researchers have done studies in classrooms and clinics, and they’ve shown over and over that virtually all kids can learn to read — if they’re taught with approaches that use what scientists have discovered about how the brain does the work of reading. But many teachers don’t know this science. What have scientists figured out? First of all, while learning to talk is a natural process that occurs when children are surrounded by spoken language, learning to read is not. To become readers, kids need to learn how the words they know how to say connect to print on the page. They need explicit, systematic phonics instruction. There are hundreds of studies that back this up.

What did libraries mean to some leading contemporary American authors?

What did libraries mean to some leading contemporary authors? Read the wonderful reflections published by The New York Times.

Compared to the libraries I usually train in, Medgar Evers is bare, but the prominently displayed books there are written by black authors. There is a small section in the library focused on the work of Langston Hughes. Mama thinks I’ve read every word of the books she assigns. The truth is that I’ve never read any book cover to cover except “Anansi the Spider.” Today, while I spread out on the floor next to the Highlight magazines, I read a book called “Langston Hughes: Poet of His People” cover to cover.  For the first time in my life, I am not rushing to turn a page. I reread passages I don’t understand. I reread passages I understand far too well. I check the book out so I can reread it when I get home. Mama asks what I read when I get in the car. “Something that makes me good,” I tell her. “Something that makes me feel good.”  Kiese Laymon, “Heavy: An American Memoir”

HT: Penelope

Interview with Susan Orlean about her new book, The Library Book.

Interview with Susan Orlean about her new book, The Library Book.

My mom actually passed away before I finished the book, which made my recollection of our memories of us going to the library together that much more poignant for me. And it also felt very urgent, because I just really wanted to remember that time. It really was one of the sweetest memories of being young and taking that trip to the library. It just felt like everything was perfect. One of the reasons, which I realize now that I have a kid, is that unlike taking him to a store where he wanted this and he wanted that and I said “no, you can only have one” and “that one’s too expensive.” It’s a bit fraught. Going to the library is like falling into a gigantic treasure box. You can have anything and everything. For a kid it’s just unimaginable. Yes, you can have everything. Take whatever you want. We can have it. I loved it.

HT: Penelope

Interesting blog post about diversity and reading in the United States

Interesting blog post about diversity and reading in the United States. Read full post here.

Last night, PBS announced the winner of their Great American Read, a poll to determine “America’s Favorite Novel.” The winner was To Kill a Mockingbird by Harper Lee, a story about racial tolerance that received 242,275 votes from a total of nearly 4.3 million cast. According to PBS, the top 100 books were chosen by using the public opinion polling service “YouGov” to conduct “a demographically and statistically representative survey asking Americans to name their most-loved novel.” Once the Top 100 list was established, voting was opened to everyone to determine the winner and rankings of all 100 titles. Given our focus on diversity and inclusion, we wondered how representative the list looked when compared to America’s demographics. Were authors of color represented? How did their books fare in the poll? The results are a bit disheartening, if not surprising:

  • One series by an author of color made it into the Top 10 (Outlander series)
  • Three books by authors of color (Outlander series, The Joy Luck Club and The Color Purple) made it onto the Top 50
  • Only 19 books by authors of color made it onto the Top 100

With poll-based lists like this one, it’s easy to swipe aside critiques about a lack of diversity by saying, “You can’t make people choose a book as their favorite!”

Thanks Penelope for the link!

Encore plus sur la visite aux autorités communales de Ouargaye

Sanou DOunko écrit:

Jeudi 26 octobre 2018, nous avons effectué une mission de visite et d’échanges avec les premières autorités de la mairie de Ouargaye. Nous avons été accueillis par Bega Yacouba premier adjoint au maire. Nous avons par la suite, en présence du maire Sidéwata Zombré, passé en revue nos préoccupations en ce qui concerne la réouverture de la bibliothèque et les frais de motivation du gérant de ladite bibliothèque. Nous fûmes heureux à la sortie des échanges parce que le maire s’est engagé à trouver une volontaire capable de lire et écrire qui assumera le rôle de gérant de la bibliothèque. Cette volontaire ouvrira la bibliothèque deux jours dans la semaine. Aussi, nous lui avons traduit notre soutien permanemment à œuvrer au côté du conseil municipal pour la bonne marche de la bibliothèque aux profits des lecteurs en général et des élèves en particulier. Avant de quitter Ouargaye, nous avons visité la bibliothèque qui, en dehors des herbes dans la cour, les livres sont en bon état.

Visite a Ouargaye au #Burkina pour réouvrir la bibliothèque

Une équipe de FAVL vient de retourner d’une visite a Ouargaye. La bibliotheque a été ferme depuis le départ du bibliothécaire dont le contrat de service nationale avait pris fin. L’équipe voulait voir comment réouvrir la bibliotheque. Ils on eu une rencontre avec le mairie et son deuxième adjoint qui était prometteuse. Ensemble, il a été convenu de trouver volontaire du village qui s’est lire et écrire, accueillante et disponible. Elle ouvrira la bibliothèque deux fois dans la semaine : les mercredi et samedi. le maire devrait s’exécuter dans deux semaines et FAVL versera la somme de 200 000 F CFA comme promis en 2017 lors de la signature de l’avenant à la convention.

Fabrication de la crème de neem à la bibliothèque de Niankorodougou au #Burkina

Des élèves du primaire et du collège assistent et participent activement à l’activité de fabrication  de la crème de Neem à la bibliothèque de Niankorodougou : une crème qui servira à se protéger contre les piqûres de moustiques en cette période de paludisme. La crème sera partagée à chacun des élèves pour utilisation. Merci à Ouattara Karidia la bibliothécaire engagée pour cette initiative salutaire.

Faire un poster à la bibliothèque de Niankorodougou au #Burkina

PosterFatim n’est pas encore inscrite à l’école mais elle ne passe pas une journée sans venir à la bibliothèque communale de Niankorodougou une fois ouverte. Aujourd’hui elle a assisté à la réalisation du poster pour l’activité du conte le mercredi. Elle a taillé tous les crayons de couleur qui ont servi à colorier le dessin. Fatim est fière de ce nouveau poster.