Rapport d’activités de la bibliotheque mobile en mars #Burkina

IMG_5622Le 15 mars 2019, la BMP a effectué une sortie sur l’école Communale A. Comme à l’accoutumée tout débuta au tour de 12h 30 minutes avec la lecture sur toutes ses manières. Certains enfants ont préféré prendre les livres selon leur goût pour lire tranquillement tandis que d’autres après avoir pris les livres sont venus vers moi pour être épauler. On a lu ensemble et de façon particulière le livre intitulé Le pipi rouge. On a lu ce livre dans le but de sensibiliser les enfants d’éviter baignade dans les eaux sales pour être à l’abri de la bilharziose. Ils ont compris le message et promis de ne pas faire comme Bio et ses amis. Après cette lecture, nous avons organisé ensemble une séance de fabrique créative : fabrication d’un carton en papier. Les enfants ont participé avec enthousiasme à cette création. Ils l’ont trouvé moins commode car peu d’entre eux sont parvenus à former ce carton. Il faut souligner également que les tous petits se sont intéressés plus au jeu de puzzle. Vers 14h 30 mn l’affluence commença au tour de la BMP. Alors, je pliai bagages et disparus sous le regard triste des enfants. Ils disaient ceci : Tonton on vous attend demain.La sortie fut merveilleuse dans son ensemble sans difficultés !

Le 18 mars 2019 la BMP était au sein de l’école Saint-Paul. Comme toujours les vrais amis des livres s’affluaient de partout. Alors, les activités commencèrent. Les uns se ruaient sur les livres et les autres se sur les puzzles. Je décidai de capter leur attention en lisant à haute et intelligible voix l’histoire de Soundiata Keita, le roi lion, buffle du Manding. Après cette lecture, nous avons ensemble joué au scrabble. En plus de cela nous jouâmes aussi le jeu intitulé la mort circule, la mort s’arrête. En formant un grand cercle on faisait passer une chaussure par le voisin de droite à vive allure. Si la mort dans sa circulation à vitesse infernale s’arrêtait entre tes mains tu es exclu du groupe. Ce jeu a beaucoup amusé les enfants à tel point qu’ils ne voulaient plus cesser et retourner dans les salles de classes. Le directeur de l’était impressionné par motivation et l’enthousiasme des enfants. Il me couva de félicitations et d’encouragements. L’animation dans son ensemble fut très bien terminée.

Le 19 mars 2019, la BMP a effectué une sortie sur l’école Communale C. Pendant cette sortie plusieurs ont été menées. Parmi ces activités la lecture était en première position. Les enfants ont choisi chacun le livre qui le convenait et l’a lu à haute voix devant leur camarade. Ils aiment beaucoup ce manière de lire et chaque enfant veut tout prix faire entendre sa voix. Nous avons aussi fait l’épellation des mots très aimée également par les enfants. A cela s’ajoute le jeu des lettres et de puzzle. A la fin de l’animation vers 14h 30 mn une fille prénommée Aguèratou est venue me rendre le livre intitulé Sur les routes de l’Afrique et avoua qu’elle avait empoché ce livre lors de la séance précédente tenue dans leur établissement. Je l’ai remercié pour cet acte de probité en invitant les autres enfants à agir comme Aguèratou. La séance a connu dans l’ensemble du succès et d’engouement.

Séance de lecture guidée à la bibliothèque communautaire de Sebba

Le 13 mars 2019, le gérant Ly Kamahoulaye Hama de la bibliothèque de Sebba a animé une séance de lecture guidée avec une vingtaine d’enfant. Le gérant Kamahoulaye essai de garder sa bibliothèque vivante, malgré la situation sécuritaire difficile. Il faut dire que depuis environ trois mois, la province du Yagha est en proie à des menaces d’individus dont le seul but est la fermeture des écoles d’enseignement laïc. Mais l’effort conjugué des autorités et de la population a permis à ce jour une relative stabilité dans la zone. Il est bien vrai que la ville st sous couvre-feu de 19h à 6h ; mais visiblement cette restriction de libertés n’entame en rien la volonté des communautés d’aller de l’avant.

Activités de la bibliothèque de Kiembara au #Burkina

Le gérant de la bibliothèque communautaire de Kiembara, Niamoukara Corneille eu mené quatre activités d’animation durant le mois de février 2019 dont :
• Une séance d’opération et de calcul avec 11 élèves de la classe du CE. La séance a apporté un plus aux participants qui, à la fin ont remercié le gérant pour son aide, parce qu’ils ne vont plus se tromper de la manière de poser les opérations et comment faire le calcul.
• Une séance de contes oraux. Selon le gérant, l’objectif de l’activité a été atteint parce que dix élèves parmi les 57 participants ont pris leur courage à deux et raconter au moins un conte à leurs camarades. Avant de partir, ils ont été invités à une prochaine séance au sein de la bibliothèque.
• Une séance de jeu de marelle en récitant les 26 lettres de l’alphabet française qui a mobilisé 55 élèves du primaire. Très aimé par les enfants, ce fut une petite compétition pour chaque enfant de démontrer ses compétence. Nombreux sont ceux qui ont pu faire le tour en épelant l’alphabet. Les meilleurs ont été ovationnés par leurs camarades.
• Une visite guidée à la bibliothèque qui a vu la participation de 137 élèves du primaire. Le gérant a présenté la bibliothèque et expliqué le règlement intérieur. Il leur a invité à participer à une activité les jours à venir.

En dehors des activités, il a enregistré : 820 fréquentation ; 24 abonnés dont 20 du primaire et 103 sorties de livres. Il a aussi reçu la visite de Madame le Maire de la commune qui est venue l’encourager et motiver les enfants à fréquenter et à lire. Elle a donné un balafon tradition pour les permettre de jouer en apprenant.

Rapport mensuel de la bibliothèque communale de Pissila mois de février 2019

Ouédraogo Bernard nous ecrit:

La Bibliothèque Communale de Pissila a un impact considérable sur l’éducation de la commune de Pissila. Elle est donc indispensable dans le quotidien de tous ceux qui animés par la soif du savoir et de la réussite. Par conséquent, la (BC) de Pissila est restée accessible et vivante de par les multiples activités menées. Dans ce présent rapport, il sera essentiellement question de deux points à savoir les données et différentes activités effectuées au cours de ce mois. Sur ce point nous parlerons justement des usagers, des fréquentations, des livres sortis et des abonnements. Usagers : ce sont les personnes qui découvrent ou viennent à la bibliothèque pour la première fois dans l’année en cours. Nous avons enregistré 28 usagers au total soit 15 hommes et 13 femmes. Fréquentations : elles désignent les visites répétées de la bibliothèque. (1 à au moins 2 fois par jour). Nous avons compté en tout 254 soit 88 enfants et 166 adultes. Livres sortis : ce sont exploités hors de la bibliothèque, à domicile par exemple. Cela fait état de 81 livres. 75 parmi ces livres sont africains, 4 livres européens et 2 livres CMH. Abonnés : 10 élèves du secondaire se sont abonnés au cours du mois de février. Ces abonnements donnent une recette de 3000FCFA.

Diverses étaient les activités effectuées au profit des élèves du primaire et du secondaire. Parmi ces activités on peut citer entre autres les séances d’animation de lecture et des sensibilisations sur des thèmes comme le lavage des mains, le brochage des dents, le paludisme… organisées en faveur des enfants de primaire. J’ai organisé aussi une journée de salubrité avec les enfants du quartier qui n’ont pas l’âge d’aller à l’école mais fréquentent la bibliothèque tous les jours. Par ailleurs, on note les séances des jeux comme le puzzle et le scrabble… Pour le compte du secondaire, nous avons ensemble organisé des séances de débats sur divers sujets à savoir la démocratie au Burkina Faso, la situation sécuritaire au Burkina Faso, l’avortement, le mariage forcé, l’excision, la poupée sexuelle… Il souligner également que les clubs de lecture primaire et secondaire fonctionnent et mènent beaucoup d’activités. Je voudrais aussi souligner que le représentant national de FAVL a visité la bibliothèque de Pissila 28 février et a fait don de 12 livres pour enfants et des échos de bibliothèques. A cette même occasion, j’ai bénéficié de lui des encadrements et encouragements pour un meilleur fonctionnement de la BC de Pissila.

Animation de lecture avec la BMP à l’école Wemtenga A au #Burkina

Le 22 mars 2019, la BMP a effectué une sortie à l’école Wemtenga A. Arrivée sur le lieu vers 12h 30 minutes, la BMP fut accueillie par une multitude d’enfants qui participèrent avec enthousiasme aux différentes activités menées. Ce fut d’abord la lecture qui intéressa les élèves. Pendant une trentaine de minutes chacun d’eux put tâter au moins 3 à 5 livres de son choix. Après cela nous avons ensemble lu à haute voix le livre photo titré : Comment prépare-t-on le benga ? Les enfants ont aimé beaucoup ce livre aux illustrations qui donnaient l’appétit. Ensuite, nous avons organisé une partie de dessin d’un fruit au choix. Il y eut alors des bananes, des mangues, des oranges…parmi ces dessins. En plus de cela nous avons organisé le jeu sur les parties du corps. Ce jeu a amusé les enfants surtout quand je leur ai dit de toucher les fesses. Ils éclatèrent tous ensemble en rire. Enfin, ne pouvant plus se passer du jeu des lettres, les enfants ont souhaité cela pour clore la séance qui s’est parfaitement déroulée.

Petits résumés des conversations avec certains bibliothécaires et autorités #Burkina

  • Dablo : La bibliothèque de Dablo fonctionne régulièrement. Il note cependant une baisse de la fréquentation. Il pense que c’est dû à l’approche des congés et au fait aussi que les élèves étaient en période d’examen. Le salaire du bibliothécaire est régulièrement payé. Côté sécuritaire, rien d’anormal même si cette question reste présente dans tous les esprits.
  • Barsalogho : La bibliothèque de Barsalogho aussi fonctionne normalement. Le seul point noir à signaler est l’absence de salaire pour le bibliothécaire. Son dernier salaire remonte à Décembre 2018. Il dit avoir approché le secrétaire général sur la question. Selon ce dernier le problème est dû à l’expiration de son contrat. Sans contrat, il ne peut y avoir de mandat. Il dit avoir approché le maire et ce dernier l’a rassuré que son contrat sera renouvelé incessamment. Il dit être dans cette attente et malgré ce contretemps, sa bibliothèque reste fonctionnelle. L’insécurité dans la zone les fait peur. Depuis l’enlèvement des agents de la Croix-Rouge aucun des ONG ne va aider les réfugiés de Yirgou.
  • Bourzanga : A Bourzanga la grève des enseignants du secondaire a pris fin. Le élèves ont repris le chemin de l’école. Bien entendu, c’est la veille des congés et avec le retard accusé, les enseignants mettent les bouchés-doubles pour faire le nombre d’évaluations requis. Ce contretemps fait que les élèves n’ont plus beaucoup de moments à consacrer à la lecture. Malgré cette difficulté, la bibliothécaire dit continuer normalement son travail. Elle respecte ses jours et heures d’ouverture et reçoit tout de même quelques passionnés de lecture. Son salaire est normalement payé. Sa seule inquiétude sur ce point, c’est le retard accusé par les autorités communales pour la régularisation de son statut en tant qu’agent communal et ce malgré leur promesse sur le sujet. Je lui ai recommandé la patience et la rassurant que son cas est loin d’être le plus alarmant. Du moment que la mairie tient son engagement et continue de payer normalement le salaire, il y a des motifs de satisfaction. Quant à la régularisation de son statut, elle interviendra avec le temps. Il y a tout de même quelques inquiétudes côté sécuritaire avec les évènements récents et l’enlèvement puis l’assassinat de deux enseignant ainsi que l’enlèvement de deux agents d’une compagnie de téléphonie mobile.
  • Namissiguima : Une bonne nouvelle pour la bibliothèque de Namissiguima. Joint au téléphone le maire est rassurant. Sa commune a reçu un nouvel agent en la personne d’un enseignant détaché. Le maire compte sur celui-ci pour qu’en plus de ses tâches courantes à la mairie, qu’il puisse rendre la bibliothèque fonctionnelle. Une fois les questions administratives réglée, cet agent prendra ses fonctions à la commune. Le maire pense que tout sera bouclé dans les prochains jours.
  • Rollo :A la bibliothèque de Rollo, selon les propos de la bibliothécaire, les livres sont vieillissants. Elle souhaite donc un renouvellement du fond documentaire. Je lui ai dit de s’adresser à l’animateur CRS de la commune qui se chargera à son tour de transmettre la requête à Pascaline, car FAVL ne dispose pas de moyens pour renouveler le fond documentaire. Pour le reste, la bibliothèque fonctionne normalement et la bibliothécaire avec son statut d’agent de la mairie n’a aucune difficulté à signaler.
  • Pibaoré. La gérante nous fait savoir que la bibliothèque est fréquentée. Elle nous a informé qu’elle va abandonner la gestion si en avril 2019, elle ne perçoit ses frais de motivation. Pour elle, c’était un rêve mais jusqu’à présent il n’y a pas de changement. Sa dernière communication avec le maire date d’une semaine et celui-ci lui a dit que tout sera réglé en fin mars. Je lui ai encouragé d’attendre la reprise des activités de BBIII qui vont démarrer bientôt. Elle a affirmé rester en attendant.
  • Koumbia : L’assistant de programme FAVL Boue Alidou n’est pas très optimiste sur la volonté du maire de Koumbia d’ouvrir la bibliothèque. Ce dernier tient toujours le même discours à savoir qu’il attend le détachement d’un enseignant. Sauf que les enseignant ne sont pas recrutés pour gérer des bibliothèques mais bien pour enseigner dans des classes. Le résultat est que la bibliothèque reste toujours fermée. Ce qui inquiète Alidou, c’est surtout les conditions dans lesquelles les livres et les meubles sont gardés dans le magasin.
  • Boni : On continu le programme de lecture à Boni, mais avec les examens de fin de trimestre l’affluence des élèves a un peu diminué.
  • Ouargaye : Communication avec le maire de Ouagaye, le SG et le deuxième adjoint. De ces communications, il ressort que : La commune vient de signer un contrat d’un an renouvelable avec la bibliothécaire. Sa motivation mensuelle est fixée à 20.000 CFA. Le maire nous a assuré que la commune a dégagé des fonds pour assurer la motivation de la bibliothécaire pour les un an. Le maire a affirmé que la contribution de 200.000 CFA de FAVL soit 10 mois de motivations permettra à la commune de prolonger le contrat de la bibliothécaire pour une deuxième année dans l’attente d’autres moyens pour la pérennisation de la bibliothèque. Le SG en tant que chef du personnel m’a informé qu’il va rédiger une correspondance à FAVL pour demander le décaissement de la somme promise soit les 200.000 CFA. Cette somme viendra s’ajouter au montant déjà disponible à la mairie pour payer la bibliothécaire les deux ans à venir. La bibliothèque fonctionne normalement et les autorités sont satisfaites du travail de la bibliothécaire.

Séance de lecture individuelle à la bibliothèque de Sebba au #Burkina

Ce 20 mars 2019, s’est tenue à la bibliothèque communautaire de Sebba une séance de lecture individuelle avec le gérant Ly Kamahoulaye. Il faut noter que plusieurs élèves de niveau primaire présentent des difficultés de lecture et d’écriture. Cet exercice permet donc aux enfants d’être en contact avec plusieurs nouveaux termes et leur permet aussi d’améliorer leurs capacités de locution et d’étendre leur vocabulaire. En effet, pour l’enfant, cet exercice est un outil qui lui servira pour le développement de son langage et de ses habiletés sociales et émotives. Il est crucial que les enfants parviennent à lire seuls. Cette capacité leur permet de choisir eux même  les livres qui les intéresses ; soit pour le sujet traité, soit pour les illustrations qui accompagnent l’intrigue. Pour Kamahoulaye, tout enfant qui franchira dans les semaines à venir la porte de sa bibliothèque, devra non seulement être capable de faire son choix personnel de livre ; mais il devra surtout être capable de le lire et de le comprendre. Il pourra ainsi partager avec ses parents et aussi ses amis, le contenu des livre et les histoires qu’il aura apprises dans la bibliothèque. Félicitations pour le gérant et bonne lecture aux enfants.

This slideshow requires JavaScript.

Rapport d’activités du bibliothèque mobile du 12 mars 2019 à l’école Centre B à Kaya, Burkina Faso

Le 12 mars 2019, la BMP a été à l’école Centre B au environ de 12h 30 minutes. Pendant cette sorties, nombreuses ont été les activités menées. Tout d’abord nous avons commencé par la lecture libre. Les enfants ont choisi librement leurs livres pour lire. Nous sommes allés plus loin avec la lecture car après la lecture libre, les enfants ont lu à haute voix l’un après l’autre. Les élèves ont adoré visiblement cette phase de la lecture parce que c’était là une belle occasion pour entendre sa voix. Ils se bousculaient pour monter sur le podium circonstanciel de lecture. Nous nous sommes intéressés aussi au jeu de scrabble et de puzzle. En effet, les enfants ont formé des groupes de cinq membres et ont reçu une liste de neufs lettres (F-O-S-A-N-D-E-G-P) avec lesquelles ils devraient former 5 mots de deux lettres, 4 mots de trois lettres et 3 mots de quatre lettres. Par ailleurs, on a joué aussi avec les lettres de l’alphabet en formant un cercle contenant environ 45 participants. La règle du jeu était de donner par ordre chronologique les 26 lettres. Éliminé était celui ou celle qui se trompait. Que c’était intéressant !!!

Communications avec les bibliothécaires de Kongoussi, Nasséré, Mané, Guibaré et Pensa au Burkina Faso

Sanou Dounko écrit:

  • Ouédraogo Hado à Kongoussi a enregistré pour ce mois de février une sortie de 255 livres dont 129 sont des auteurs africains, 664 comme fréquentation et 10 abonnés. Le programme de lecture « Leaders are readers » se déroule bien. Sur les 40 inscrits, 20 lisent et font fréquemment les résumés comme demandé. Les 20 autres lisent mais disent qu’ils sont occupés pour l’instant de faire des résumés.
  • Sawadogo Mahamadi à Nasséré dit que le programme ne se porte pas bien parce sur la cinquantaine inscrits pour le programme, 15 seulement lisent. Il a fait des sensibilisations dans les établissements mais rien n’a changé. Aussi, il reconnait ne pas ouvrir souvent la bibliothèque parce qu’il est pris au niveau de l’état civile à la mairie. Je lui ai conseillé de discuter avec le maire afin qu’il soit disponible pour la bibliothèque et bien organiser son emploi de temps. Je lui ai conseillé également de faire plus un effort pour faire réussir le programme «Leaders are readers».
  • Ouédraogo Yves Parfait à Guibaré dit que sa bibliothèque est fréquenté par les élèves du secondaire. Ils viennent chercher les romans au programme pour leurs exposés. Avec le problème d’insécurité, la lecture sur place est pratiquée. Il ne fait pas d’activités parce que les lecteurs veulent un regroupement durant ces temps. Il pense qu’il y aura un moment favorable ou il pourra animer des séances avec les lecteurs.
  • Mme Ilboudo depuis Pensa dit n’avoir toujours pas eu gain de cause par rapport à ses frais de motivation mensuelle après plusieurs promesses. Sa dernière rencontre avec le SG, il lui a dit d’attendre l’approbation du contrôle financier. La moins est fréquentée ces temps-ci. Elle aussi dit que des rumeurs circulent soient disant que les terroristes veulent attaquer Pensa. Actuellement c’est le calme et l’inquiétude totale à Pensa.
  • Du côté de Mané, Ouédraogo Asalfo se frotte les mains. Sa bibliothèque est bien animée les mercredi soir et les samedis. Il a pu planifier un programme avec les élèves de l’école A qui acceptent venir volontairement pour des séances de lecture guidée, des jeux et l’apprentissage de chansons.

Rapport d’activités avec la BMP à l’école communale A au Burkina Faso

Le 22 février 2019, la BMP été chaudement accueillie à l’École communale A. Les élèves attendent tous les midis la bibliothèque mobile pour pouvoir bénéficier des livres et des autres activités. Certains parents sont venus quelques fois pour comprendre pourquoi leurs enfants ne rentraient plus à la maison les midis, malgré qu’ils n’aient pas de cantine. Ce jour-là, les élèves ont encore eu l’opportunité de passer de bons et importants moments avec les livres. Sur ce, nous avons débuté avec la lecture-express : une activité pour faire découvrir les ressources de la BMP et donner le goût de lire aux enfants. Cette lecture ce déroule comme suit : Assoir les élèves en cercle, Remettre un livre à chacun des élèves, Régler le chronomètre à 30 secondes. Au signal, les élèves ont 30 secondes pour explorer le livre. Au son de la cloche, l’élève remet son livre à son voisin de gauche et prend le livre de son voisin de droite. Le jeu continue ainsi jusqu’à ce que tous les élèves reçoivent de nouveau leur livre initial. Elle duré 20 minutes! Après la lecture-express, nous sommes passés à lecture proprement dite. Car grâce à la première chacun a pu trouver son livre favori. Chaque élève a lu à haute voix son livre. En plus de la lecture, nous avons organisé le jeu sur les parties du corps. Les enfants également qui couronné de rires. Cette sortie était belle et très prodigieuse pour les enfants.

Barbara Vodopivec, vice-présidente de HUMANITAS au siège de FAVL-BF

Sanou Dounko écrit:

Visite de Barbara smDans la journée du 8 mars, j’ai reçu au bureau la visite de Barbara Vodopivec vice-présidente de l’ONG HUMANITAS. Cette visite fait suite à celle effectuée le 2 mars par Eva Marn fondatrice de l’ONG HUMANITAS au Burkina. Durant sa visite, je lui ai présenté FAVL-BF, les actions menées et les projets. En tant que responsable des activités de l’ONG et chargée des programmes au Burkina, elle s’est dit très impressionnée par les activités menées par FAVL et souhaiterait une collaboration entre les deux ONG pour la gestion de leur bibliothèque implantée à Bobo. A l’issue de la visite, nous nous sommes convenus d’une visite du site de Bobo suivie d’une autre à la bibliothèque communale de Sara. Ces actions permettront une analyse des choses pour bien planifier les actions du partenariat.

Echange avec Kientga Christian, directeur du CENALAC, au Burkina Faso

Sanou Dounko écrit:

Le 7 mars, j’ai été au siège du CENALAC du Burkina, des échanges avec le directeur Kientga Christian. Nos échanges ont porté sur la volonté de FAVL-BF à intégrer les bibliothèques soutenus au réseau des CELPAC afin de bénéficier de l’appui et l’accompagnement du gouvernement. Il se dit très favorable à cette requête parce que, cela va sans doute accroître le nombre des CELPAC soutenus par l’Etat Burkinabé mais aussi permettre de partager les expériences. Par ailleurs, il a salué les démarches déjà entreprises auprès de ses premiers responsables (le directeur général du livre et le ministère de la culture des arts et du tourisme). Nous avons échangé longuement sur la politique du gouvernement en matière de promotion de la lecture. Le directeur dit qu’il aimerait venir au bureau de FAVL pour une séance de travail parce que le ministère veut avoir les données statistiques (abonnement, fréquentation, sortie) des bibliothèques publiques et privées existantes au Burkina Faso. En plus de cette séance de travail qu’il voudrait, je lui ai fait la suggestion suivante: Organiser une rencontre de concertation avec les responsables des bibliothèques publiques et privées. Celle-ci permettra de faire la connaissance des structures privées qui font la promotion de la lecture au Burkina.

Avant de terminer nos échanges, je lui ai présenté nos deux nouveaux livres produits au centre multimédia de Houndé (CMH). Ces livres ont été respectivement écrits par Fofana Adiaratou, élève en classe de 4ème et Tuina Sarah de la classe de 1ère au lycée Municipal de Houndé. Ensuite, j’ai partagé avec lui notre rapport sur les activités de la bibliothèque mobile «Pénélope». Nous espérons que le gouvernement prêtera une oreille attentive à notre requête et prendra des mesures satisfaisantes.